Contact

Satt Lutech Satt Lutech Satt Lutech

Contactez-nous 01 78 94 68 51

Et si tout s’articulait !

Et si tout s’articulait !

Et si tout s’articulait !

15 octobre 2016

Par : admin

Les maladies ostéoarticulaires représentent la première cause d’incapacité dans le monde du fait des douleurs et de la gêne fonctionnelle qu’elles entrainent. Parmi celles-ci l’arthrose, qui se caractérise notamment par la destruction de l’articulation, et en particulier du cartilage, touche aujourd’hui près de 10 % de la population mondiale soit environ 700 millions de personnes. Il n’existe à ce jour que des traitements visant les symptômes de cette pathologie et aucun produit prometteur la ciblant directement n’est en phase de développement avancée.

Au sein du Centre de Recherche Saint Antoine (UPMC/INSERM) l’équipe dirigée par Francis Berenbaum, professeur des universités, s’est saisie du sujet et a mis en évidence les propriétés inattendues d’une famille de composés jusqu’à présent connus pour lutter contre le diabète. Ces molécules (hormones incrétines «glucagon- like peptide-1», ou GLP-1, peptide insulinotropique dépendant du glucose, ou GIP, ainsi que leurs analogues) présentent en effet la capacité d’inhiber le processus inflammatoire impliqué dans l’arthrose. De manière plus précise leur activité conduit à bloquer la surexpression de plusieurs enzymes dégradatifs impliqués dans le processus de destruction arthrosique notamment par les chondrocytes, seules cellules présentes dans le cartilage articulaire, dont le rôle est de synthétiser la matrice extracellulaire du cartilage et en particulier le collagène.

L’intérêt de cette découverte et de ses applications qui ont été brevetées est évident compte tenu de l’impact qu’elle est susceptible d’avoir sur le traitement d’une pathologie aussi répandue. Lutech et l’équipe ont décidé de mettre en place un programme de maturation afin de sélectionner les molécules les plus prometteuses au sein de la famille puis de conduire des tests ex vivo et in vivo sur différents modèles pour élaborer une formulation médicamenteuse dans des conditions proche du développement préclinique et répondant aux enjeux règlementaires. Pour mener à bien le programme, Lutech s’appuie sur la société 4P Pharma qui est spécialisée dans le développement de molécules thérapeutiques.

La technologie devrait prochainement faire l’objet d’un transfert vers une entreprise pharmaceutique qui bénéficiera d’une licence d’exploitation et réalisera les étapes complémentaires de développement pour mettre au point le médicament et permettre sa commercialisation.


Nous avons sollicité Francis Berenbaum et Revital Rattenbach, CEO de 4P-Pharma, ainsi que Karen Bismuth, chargée de communication scientifique de 4P-Pharma, à propos du projet.

[à Francis Berenbaum] Quelles démarches de valorisation avez-vous engagées après avoir réalisé votre découverte ? Comment cela s’est-il déroulé ? 

« Nous travaillons depuis des années au laboratoire sur les liens moléculaires entre arthrose et diabète. Dans ce cadre-là, je m’étais posé la question il y a quelques années de l’efficacité éventuelle de certains traitements utilisés aujourd’hui dans le diabète sur la maladie arthrosique. Nous avions alors screené un certain nombre de molécules sur leur capacité à inhiber l’activité des enzymes impliquées dans la dégradation du cartilage. Dès les premiers résultats positifs avec les analogues de la GLP1, j’ai pensé à la possibilité d’une valorisation de cette découverte. J’ai très vite contacté la cellule valorisation de l’université Pierre et Marie Curie (avec qui j’avais déjà travaillé dans le passé) qui m’a orienté vers la SATT Lutech. Le premier contact a été salutaire : j’ai tout de suite compris que cette agence de valorisation n’avait qu’un but, aider le chercheur inexpérimenté à valoriser sa découverte. Et je dois dire que tout au long du processus, je n’ai pas été déçu de leur efficacité et de leur réactivité. 

  

[à Francis Berenbaum] Quel est l’impact sur l’activité de votre équipe de la mise en place du programme de maturation ? 

« Lorsque nous avons fait cette découverte, nous avions déjà plusieurs programmes de recherche en cours dans le laboratoire, plus fondamentaux, qui occupaient à plein temps tous les membres de l’équipe. Il m’a fallu faire un choix : soit réorienter l’un des projets en cours vers la maturation de ce brevet, ou bien ne pas perturber les projets en cours et trouver un moyen d’externaliser les expériences nécessaires à la maturation tout en gardant notre implication d’expert. J’ai opté pour cette seconde solution qui me paraissait plus adaptée aux objectifs fixés et annoncés lors de la création de notre équipe INSERM. L’impact a été très positif sur l’équipe, puisque d’une part il n’a pas déstabilisé les projets qui étaient en cours et d’autre part il a démontré notre capacité à transformer certaines de nos découvertes non seulement en brevet mais plus concrètement encore en potentiels traitements pour les patients. » 

  

[à Francis Berenbaum] A l’issue du programme quelle implication aura votre équipe dans le développement du médicament ? 

« Il est clair que tout dépendra des résultats des phases de maturation en cours. Si nos résultats se confirment dans des modèles murins d’arthrose, nous aurons envie de mieux comprendre les mécanismes de cette efficacité.  Ce nouveau projet sera alors en pleine adéquation avec nos objectifs scientifiques. »

  

[à Revital & Keren] Qu’est-ce qui a motivé 4P-Pharma pour s’engager dans le programme ? 

  « Tout d’abord, nous sommes ravis de participer au développement du programme InOSTEO. L’excellence scientifique du projet ainsi que son fort potentiel de développement clinique étaient les deux points moteurs pour nous engager dans ce programme porté par la SATT Lutech. 

Le laboratoire dirigé par le Professeur Francis Berembaum, est un laboratoire d’excellence qui réalise parfaitement le lien entre l’académique et la clinique, aussi les données récoltées par l’équipe académique étaient non seulement solides et prometteuses d’un point de vue scientifique, mais également porteuses d’un fort potentiel pour le développement préclinique de la molécule, phase à laquelle 4P-Pharma entre en jeu. Par ailleurs, le repositionnement d’une molécule déjà autorisée sur le marché est un atout important du projet qui devrait permettre d’accélérer le futur développement clinique. » 

  

[à Revital & Keren] Comment 4P-Pharma évalue les projets sur lesquels elle s’engage ?   

« 4P-Pharma est une société de biotechnologie axée sur la recherche préclinique. Nous nous spécialisons dans le développement de nouvelles molécules ou dans le repositionnement de molécules existantes, qui répondent à des besoins médicaux insatisfaits dans les domaines du cancer et des maladies inflammatoires. Les projets pour les lesquels nous établissons des partenariats de co-développement doivent répondre positivement à plusieurs questions : « Quelle est la nouveauté de la technologie développée ? S’agit-il d’un projet innovant qui permettra de répondre à un besoin de traitement jusqu’ici non pourvu ?  Quel est le degré de faisabilité du projet ? Est-ce que les données scientifiques établies sont suffisamment robustes pour entamer avec confiance un programme de développement préclinique puis clinique ? Le statut de la propriété intellectuelle est également un point essentiel à prendre en compte, le brevet est-il récent ?  Présente-t-il un fort potentiel de développement ? » L’ensemble des réponses à ces questions nous permet de nous prononcer sur l’intérêt pour 4P-Pharma d’entamer ou non un programme de maturation». 

  

[à Revital & Keren] Comment percevez-vous le rôle de Lutech, et plus généralement des SATT, sur ce type de projet ?   

« La SATT Lutech, de même que les autres SATT, ont un rôle pivot entre la recherche publique et les entreprises, ce qui en fait pour nous des interlocuteurs privilégiés. Leurs capacités de détection et de valorisation de la Recherche publique en font des acteurs incontournables pour les jeunes entreprises de biotechnologie telle que 4P-Pharma. Par ailleurs, l’aspect humain n’est pas négligeable dans l’établissement et la réalisation d’un tel partenariat, la motivation et le professionnalisme des équipes de la SATT Lutech sont propices à la réussite d’un tel projet. » 

test